Synthesthésie @ DHC/ART (avec Perte de signal)

synthesthesie

L'atelier Synthesthésie est offert aux groupes qui participent à une visite interactive de l’exposition Ryoji Ikeda animée par les éducateurs de DHC/ART. Il faut un minimum de 10 participants afin de constituer un groupe. Également, le grand public pourra participer à Synthesthésie lors de trois ateliers portes ouvertes les samedis 21 juillet, 29 septembre et 27 octobre 2012. Les réservations sont requises pour toutes ces activités.

DHC/ART-Éducation est très heureuse de collaborer avec le centre d’artistes Perte de signal pour la conception de son atelier interactif en relation avec l’exposition Ryoji Ikeda.

Pour l’occasion, Alexandre Quessy, Darsha Hewitt, Nelly-Ève Rajotte et Claudette Lemay de Perte de signal ont développé une activité tout à fait unique, ludique et novatrice intitulée SYNTHESTHÉSIE. Au cours de cet atelier, les participants réaliseront une composition sonore expérimentale à partir de collages en noir et blanc qu’ils seront invités à bricoler. Ces collages, qui serviront de « partitions visuelles », seront ensuite analysés par le logiciel libre SYNTHESTHESIA afin de générer des sons et d’en explorer les différentes propriétés.

Ce logiciel a été spécialement conçu par Alexandre Quessy pour notre atelier à DHC/ART. Il sera donc utilisé en grande première, tout au long de l’exposition de Ryoji Ikeda, par vous tous participants !

Déroulement de l’atelier:

• Les participants seront d’abord initiés aux différentes manières de représenter le son au moyen d’images, tels les ondes sonores et le diagramme spectral.

• Par la suite, les éducateurs vont présenter les 5 jouets sonores aux participants en expliquant comment différentes caractéristiques d’images influencent le son. Les 5 jouets sonores sont : 1. la ligne mélodique, 2. la forme d’onde, 3. l’amplitude, 4. la fréquence et 5. le spectre. Ces jouets sonores font partie du logiciel libre Synthesthesia.

• Les participants seront alors invités à créer leurs collages par petits groupes en découpant et en déchirant plusieurs formes dans du papier blanc, puis en assemblant et en collant ces formes blanches sur des cartons noirs, afin de créer différentes images. Ces collages et images, une fois terminés, deviendront des « partitions visuelles » prêtes à produire des sons.

• Tour à tour, chaque groupe pourra expérimenter l’interaction de sa partition visuelle avec le jouet sonore de son choix. Tous les jouets sonores de Synthesthésie fonctionnent à partir de l’analyse en temps réel de la partition visuelle par une caméra. Le logiciel d’ordinateur Synthesthesia se charge de transformer la partition visuelle en sons. Les participants pourront voir cette analyse de l’image et du son sur un écran d’ordinateur.

• En terminant, nous ferons un retour sur l’activité Synthesthésie en présentant les compositions visuelles et sonores de chaque groupe et en commentant chacune d’elles.

Venez tenter l’expérience SYNTHESTHÉSIE afin de vous familiariser avec certaines propriétés du son, de réfléchir aux différentes manières de représenter le son en images et de démystifier la création en direct et l’improvisation.

Informations: education@dhc-art.org / 514-866-6767 poste 4219

---

NOTES BIOGRAPHIQUES: Perte de Signal

Artistes : Alexandre Quessy, Darsha Hewitt, Nelly-Eve Rajotte et Claudette Lemay.
Coordination: Ariane De Blois

Perte de Signal est un centre d’artistes montréalais dont le mandat est de promouvoir le rayonnement des arts numériques et l’innovation artistique liée aux nouvelles technologies. De la performance audio à la projection vidéo en passant par l’installation mécanique et l’intervention publique, le travail des membres de l’organisme se décline à travers différents médiums et à travers l’exploration d’une variété d’approches plastiques et formelles. Les activités de Perte de Signal favorisent principalement: 1) le rayonnement du travail de ses membres sur la scène nationale comme internationale; 2) le soutien à la recherche-création et à l’expérimentation artistique; 3) l’élaboration d’une réflexion critique sur les arts numériques; et 4) la médiation auprès de différents publics. Enfin et surtout, Perte de Signal se veut un lieu de rencontre qui favorise les initiatives, les collaborations, les échanges et la transmission des savoir-faire au sein de la communauté artistique dans son ensemble.