Atelier de design génératif @ Décodage

decodage generative design

Le 29 mars 2013, j'ai donné un atelier de design génératif dans le cadre de Décodage, à l'UQAM. Les participants étaient vraiment très créatifs! Voici l'affiche que j'ai créé durant cette journée. Nous aurons une exposition bientôt. À suivre!

Synthesthesia @ CTM Festival (Berlin, DE)

Je suis allé présenter l'atelier Synthesthesia de Perte de Signal au CTM Festival à Berlin.

Perte de Signal 15.0 @ Centre PHI - 15 novembre 2012

Perte de Signal 15.0
Perte de Signal célèbre ses 15 ans au Centre PHI

:

Le 15 novembre 2012

Synthesthésie – 19h00 à 21h00
Atelier et performances avec Alexandre Quessy et Darsha Hewitt

Soirée de performances audiovisuelles – 21h00 à 23h00
Muu de Nelly-Eve Rajotte
La chambre des machines de Nicolas Bernier et Martin Messier
Retour de signal d’Érick D’Orion

Direction artistique : Ariane De Blois

:

Centre PHI
407, rue Saint-Pierre
Montréal, Qc, Canada
H2Y 2M3
Entrée libre

:

Perte de Signal, centre d’artistes montréalais en arts numériques, célèbre son 15e anniversaire au Centre PHI avec une soirée spéciale de performances et d’expérimentations audiovisuelles qui se déroulera en deux temps. Une première partie sera consacrée au finissage de l’atelier interactif Synthesthésie développé spécifiquement pour la DHC/ART-Éducation dans le cadre de l’exposition de Ryoji Ikeda. Suite à une performance inédite, les artistes Alexandre Quessy et Darsha Hewitt amèneront le public à interagir en temps réel avec le logiciel libre Synthesthésia qui génère des sons à partir de « partitions visuelles ». La deuxième partie de la soirée sera dédiée à trois performances : Muu de Nelly-Eve Rajotte, La chambre des machines de Nicolas Bernier et Martin Messier, et Retour de signal d’Érick D’Orion.

:

Depuis 15 ans, Perte de Signal joue un rôle actif dans le développement, la diffusion et la distribution des arts médiatiques et numériques, au Québec et à l’international. Il compte à ce jour une vingtaine d’artistes membres. Perte de Signal a soutenu la production de plus de 200 projets artistiques incluant des œuvres vidéo, des installations, des performances, des interventions publiques et des projections. Il a de plus produit et diffusé des expositions, organisé des résidences pour des artistes émergents locaux mais aussi établis et internationaux. Le centre propose également des ateliers pour les artistes et les programmeurs professionnels, de même que pour les étudiants et les enfants afin de les initier aux arts numériques. Depuis plus d’un an, Perte de Signal a ouvert un laboratoire en électronique pour soutenir des activités de production, de formation et de recherche-création.

La soirée du 15 novembre sera donc l’occasion de célébrer les 15 ans d’implication artistique de Perte de Signal et de souligner par le fait même la contribution du centre au rayonnement des arts numériques québécois.

:

Synthesthésie – 19h00 à 21h00

Alexandre Quessy (http://alexandre.quessy.net)
Darsha Hewitt (http://www.darsha.org )

Les artistes Alexandre Quessy, Darsha Hewitt, Nelly-Eve Rajotte et Claudette Lemay de Perte de signal ont conçu l’atelier SYNTHESTHÉSIE dans le cadre de l’exposition de Ryoji Ikeda. Au cours de cette activité novatrice et ludique, les participants étaient invités à réaliser une composition sonore expérimentale à partir de collages papiers en noir et blanc. Ces derniers, analysés par le logiciel libre SYNTHESTHESIA, servaient de « partitions visuelles » afin de générer des sons.

Utilisé en grande première durant l’atelier DHC/ART, le logiciel libre SYNTHESTHESIA, développé par l’artiste-programmeur Alexandre Quessy , sera bonifié pour la présentation finale du 15 novembre.

:

Soirée de performances – 21h00 à 23h00

Muu
Nelly-Eve Rajotte (http://nellyeverajotte.com )

La performance A/V muu, présente des images d’une Amérique désertique mythique sous la thématique de la disparition. C’est à cet égard que les images de l’ouest américain prennent leur sens, le désert étant l’endroit où il y a déjà eu existence, mais dont il ne reste que l’ineffable trace. Lieu de perte de repères et de temporalité. L’œuvre s’inspire esthétiquement du genre cinématographique Western Spaghetti, l’utilisation du son lent et rythmé imposant une tension dramatique, des plans de caméra très large sur des paysages imposants et des plans plus subjectifs. Tout comme dans le Western Spaghetti ou la quête violente et funeste du protagoniste se situe entre le son et l’image, muu pose l’interaction du spectateur entre l’espace vidéographique et l’espace sonore. La bande sonore inspirée de Il était une fois dans l’ouest, du compositeur Ennio Morricone, plonge le visiteur dans un univers ambigu, une ambiance déroutante qui infuse une tension faussement narrative à la vidéo révélant l’immensité, la perte et la disparition.

:

La chambre des machines
Nicolas Bernier et Martin Messier ( http://www.nicolasbernier.com ; http://www.mmessier.com )

Des machines constituées d'engrenages et de manivelles sont manipulées pour engendrer une construction sonore à la croisée de l'acoustique et de l'électronique. Immergé dans le son, le spectateur découvre l’interaction entre le son mécanique et synthétique. La palette sonore des machines est réinventée grâce au traitement numérique. La chambre des machines provient d’un désir de réappropriation du monde physique dans un environnement de création numérique. Le projet est également un clin d'œil aux intonarumoris, ces machines à bruit construites par les futuristes italiens au début du XXe siècle. Les intonarumoris recelaient de mystérieux mécanismes de la même manière que le font les ordinateurs aujourd'hui.

:

Retour de signal
Érick D’Orion (http://www.erickdorion.com )

Retour de signal est une composition audio performative explorant l'univers de la citation, dans ce cas-ci, des long-jeux en format vinyle de jazz. Les fragments formeront une accumulation jusqu'à un maelstrom indéfinissable de son. De cette explosion ressurgira un signal, ou deux, ou 100... Performance d'inspiration très libre, pour ne pas dire free, de la rencontre de deux personnages majeurs de la création sonore d'avant-garde, Sun Ra et John Cage, enregistré en 1986 à New York.

:

Perte de Signal est un centre d’artistes montréalais dont le mandat est de promouvoir le rayonnement des arts numériques et l’innovation artistique liée aux nouvelles technologies. De la performance audio à la projection vidéo en passant par l’installation mécanique et l’intervention publique, le travail des membres de l’organisme se décline à travers différents médiums et à travers l’exploration d’une variété d’approches plastiques et formelles. Les activités de Perte de Signal favorisent principalement: 1) le rayonnement du travail de ses membres sur la scène nationale comme internationale; 2) le soutien à la recherche-création et à l’expérimentation artistique; 3) l’élaboration d’une réflexion critique sur les arts numériques; et 4) la médiation auprès de différents publics. Enfin et surtout, Perte de Signal se veut un lieu de rencontre qui favorise les initiatives, les collaborations, les échanges et la transmission des savoir-faire au sein de la communauté artistique dans son ensemble.

:

Pour plus d’information :
Perte de Signal : http://perte-de-signal.org/
Centre PHI : http://phi-centre.com/
DHC-ART : http://dhc-art.org/

Géographies Variables @ Québec - 19 octobre au 11 novembre 2012

19 octobre au 11 novembre 2012
Vernissage le 19 octobre 2012 dès 17h, à l'Édifice Beenox, 305, boul Charest Est, étage 9 Québec (QC), G1K 3H3

En 2009, LA CHAMBRE BLANCHE (Québec) et Julie Morel de incident.net (France) ont joint leurs forces pour créer le programme d’échange Géographies Variables, sous la forme de sessions de résidences franco-québécoises croisées qui se déroulent sur une période de deux ans. En tenant compte des particularités des démarches individuelles, mais aussi des points de croisement possibles, le programme vise à jumeler des artistes travaillant dans les sphères de l’art réseau, l’art web ou l’art numérique. Pour chaque session de résidences, un vaste réseau de partenaires (centres d’artistes, galeries, programmes de recherche ou labos) se coordonne pour accueillir les lauréats des deux pays et leur offrir un milieu propice de création. LA CHAMBRE BLANCHE est fière de présenter, du 19 octobre au 11 novembre 2012, une exposition rétrospective qui regroupe la majorité des artistes de l’édition 2010 – 2011 de Géographies Variables. Accueillie dans un des locaux de l’Édifice Beenox, cette exposition est une belle occasion de présenter les œuvres de huit artistes québécois et de six artistes français, dont le travail est imprégné autant leur force créative individuelle, que l’expérience de croisement culturel qu’ils ont pu vivre. Exposants Québec : Myriam Lambert // Cécile Martin //Pavitra Wickramasinghe //David Jhave Johnston//François Quévillon //Alexandre Quessy //Jeanne Landry-Belleau //Nadia Myre Exposants France : Adelin Schweitzer //Étienne Cliquet//Antonin Fourneau//Nicolas Maigret//Zahra Poonawala //Nicolas Boillot

MUTE (Alexandre Quessy 來台表演與分享) on August 3rd, 2012 at 21h00 @ OpenLab Taipei, Taiwan

MUTE

加拿大數位藝術家 Alexandre Quessy 在這周來到台灣旅行,並且非常熱血的特地為 Openlab.Taipei 社群帶來自己近期的表演作品,以及分享他自己研究和發展的 puredata patch 如何應用於創作上。這次的表演與分享非常可貴,一起來欣賞表演與國外 puredata 高手交流吧。
此外,這也是第二次來台,第一次是 2011 年應國美館的邀請來作工作坊教學與現場表演,請見與李駿合作的表演紀錄:

關於 Alexandre Quessy
他是蒙特利爾的藝術家與程式設計師,興趣於電子、實驗聲響和互動影像裝置等創作類型。對於藝術創作,他多次參與自由軟體的開發與教學,而 toonloop 這件停格動畫現場軟體,就是由他所開發的自由軟體,有興趣的朋友可以自由下載。現在他正擔任加拿大 SAT 科技藝術中心 (全名:Society for Arts and Technology) 的軟體開發總監職務。

See the post on OpenLab Taipei's Web site

Syndicate content